vignette_voyage-velo-islande-itineraire

Islande : itinéraire et équipement des vélos

Cet article a été programmé : je me trouve actuellement en Islande (tiens, ça tombe bien) sans ordinateur !
Keflavik, Grindavik, Litlagata Strandarkirkja, Selfoss, Hella, Skogar, Skaftafell, Jokulsarlon, Hofn, Selfoss, Gullfoss, Laugarvatn, Pingvellir, Reykjavik, Keflavik.
C’est quoi, ce charabia ?

Hé bien c’est l’itinéraire que nous avons prévu. J’insiste sur le « prévu ». Parce que nous avons réfléchi ce voyage en nous ménageant des possibilités de changements et d’annulations. En effet, une des particuliarités de l’Islande, c’est le vent. On a ainsi lu des récits où les cyclistes faisaient 80 km dans la journée sans souci, et d’autres qui n’en faisaient pas plus de 20, parce que le vent de face les bloquait totalement. Et pour ne rien gâcher, on peut également compter sur un peu de pluie, ce qui ne devrait pas nous aider.

Nous sommes partis sur une base d’un peu moins de 50km/jour, avec deux trajets en bus (un de 171km au travers d’un champ de cendres corrosives et l’autre de 400km pour revenir sur une partie de nos sillons), et avons décidé de nous concentrer sur le sud, en nous disant que si ça nous plaît, on reviendra faire le Nord plus tard !
Le but : voir une grande variété de paysages, volcans, geysers, glaciers…

Du coup, voilà ce que ça donne sur une carte :

 

 

On a un jour de rab’ sur notre itinéraire, qu’on passera au légendaire Blue Lagoon si on est dans les temps ou qu’on utilisera pour être à l’heure, autrement ! De la même manière, notre plus grosse étape à vélo consistera à rejoindre Höfn (78,8km), mais il n’est pas impossible qu’on décide de reprendre le bus pour Selfoss sans monter si haut. Enfin, de manière générale, on aura toujours la possibilité de planter la tente n’importe où si on n’a pas atteint notre point de chute envisagé, et de plier les vélos pour grimper dans un bus si on a envie d’accélérer ! (voire en cas de casse matérielle)

Rendez-vous à notre retour pour savoir si nous avons respecté cet itinéraire ! Mais on compte aller doucement et s’arrêter souvent pour profiter au maximum des paysages.

Concernant les vélos, nous avons fini de les équiper. Je vous en avais déjà un peu parlé. On est resté minimalistes : une sacoche de cintre, deux sacoches arrières chacun. Par contre, on a vraiment prêté attention à l’étanchéité des sacs : ils contiendront des vêtement et des duvets, impensable de les mouiller !

On a fait une petite révision avant de partir, et j’ai notamment changé la chaîne et la cassette (pièce qui a une durée de vie très courte chez moi !). De plus, nous avons dorénavant tous les deux des pneus anti-crevaisons, croisons les doigts ! Parce que déjanter du 20″ à la main, ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple/agréable, surtout avec des pneus renforcés.

Du coup, ça nous donne, pour ceux que ça intéresse :

Le vélo du Belge :
Un Dahon Jetstream P8 2012 : sacoche de cintre Vaude en KlickFix, porte-bagages Topeak MTX fixé à la tige de selle I-Beam avec une bagagerie DXP de 20l en QuickTrack, tachymètre (et plus encore) Garmin Edge 500, un porte bidon et son bidon, un antivol.

Mon vélo :
Un B’Twin Hoptown 5 (ancienne génération avec porte-bagage inclus, ça ne correspond pas au lien) : sacoche de cintre Vaude en KlickFix, sacoches arrières Vaude aussi, rechargeur USB par induction dynamique (avec une dynamo, quoi), un porte bidon et son bidon, un antivol.

Le kit de réparation contiendra : deux chambres à air de rechange, un serre-câble, 3 démonte-pneus, des rustines (en dernier recours), un multitool B’Twin, et une photo débile pour garder le sourire…

  10 comments

  1. Salut Auréli,

    Avoir des sacoches étanche c’est bien. Mais en complément, mettre chacune de ses affaires dans des sac plastiques ce n’est pas mal non plus :
    - ça limite encore plus le risque d’inondation
    - lorsque l’on ouvre la sacoche étanche sous la pluie battante ça évite de mouiller le contenu !

  2. Bleu Celt Hugo via Facebook   •  

    En vélo ? ben j’espère que les passages à gué ne seront pas trop profond pour vous, car pour avoir fait le tour de l’ile en véhicule c’est quelque chose, mais c’est un superbe pays …

  3. Ugo   •  

    On ne se connait pas, mais je suis tes articles assidument depuis un peu plus d’un an, et je voulais juste vous souhaiter un bon sejour en Islande. Au passage, cela me permet de te signaler que pour y etre alles il y a 3 ans au mois d’aout avec ma compagne, Hofn est reellement la ville la plus venteuse du pays (tout du moins de ce que nous avons pu constater) et l’experience du camping avec un vent a decorner les vaches islandaises a ete assez fatiguante ! A bon entendeur… En tout cas, j’espere que vous apprecierez votre voyage autant que ca a ete le cas pour nous ! Au plaisir de voir tes futurs articles, Ugo.

  4. Mélissa   •  

    Gaffe au vent en Islande, les amis! Peut-être vous renseigner sur place sur les mesures de sécurité à prendre pour le camping?
    En attendant, bon voyage et une pensée élues pour vos mollets… ;)

  5. Voyage Perou   •  

    L’islande a l’air d’une terre parfaite pour faire du camping sauvage et observer une diversité de paysages. L’expérience promet!

  6. Piotr   •  

    Bon courage… j’ai hate de savoir au retour comment cela s’est passé ;)

  7. Veronique   •  

    Super projet! Il me fait bien envie! J’espère que le climat est encore correcte en ce moment car en hiver c’est rude! Bon voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>