vignette_autoportrait_tajmahal

Se prendre en photo en voyage

Allez, avouons-le, nous sommes tous un peu narcissiques : de temps à autres, on se prend nous-mêmes en photo. Il y a plein de bonnes raisons pour le faire, comme l’envie d’un souvenir, ou tout simplement l’utiliser comme « preuve ».
Par exemple, lorsqu’on aura fait un certain effort physique pour rejoindre un lieu, on sera heureux de se dire « je l’ai fait », et d’immortaliser cela.

 

Mais commençons par nous demander quand est-ce qu’il faut se prendre en photo.

En effet, dans de nombreuses des situations, ça ne donnera rien de bien intéressant, tout au plus une photo de touriste minable : lorsqu’on est devant un monument, ou toute curiosité magnifique. Pour illustrer ce point, je sors une photo des archives, et je vous demanderai de ne pas vous moquer !

Vous reconnaîtrez Monsieur Oreille, le Taj Mahal, et votre serviteuse. Le conducteur du tuk-tuk qui nous amenait là a insisté pour faire une photo de nous deux… Au-delà du fait qu’on se tient n’importe comment, qu’on est crevés, et qu’on a des fringues usées, cette photo a un gros défaut : elle a deux sujets, et ni l’un ni l’autre n’est réellement en valeur. Ce sera le cas de pratiquement toutes les photos prises sur des sites touristiques. En fait, le fond est tout simplement trop intéressant pour détacher le sujet « humain ». Un bon portrait a souvent un fond neutre, ou un environnement en correspondance.

Alors, je ne dis pas qu’il ne faut jamais se prendre en photo devant un monument, mais qu’il faut être conscient du fait que mettre en compétition la Tour Eiffel et votre copine sur la même image ne donnera rien de bon. L’œil humain a besoin d’être dirigé dans l’image, il doit savoir ce qu’il est important de regarder en premier.
 

Du coup, on fait quoi ?

Hé bien on peut tenter les mises en scène : utiliser le modèle humain pour donner une échelle et un premier plan (j’en parlais un peu ici). L’avantage, c’est que ça donne une dimension supplémentaire au paysage.

Mais vous allez me dire que de dos, c’est quand même pas terrible. Alors, si on souhaite vraiment se mettre en valeur, on pourra essayer de profiter de certaines scènes pour raconter une histoire, aller au-delà de « M. Oreille est en voyage », mais qu’on puisse y lire une activité. Ne pas regarder l’objectif est ici, à mon avis, une bonne idée : on place le spectateur en voyeur, c’est comme s’il était là, dans l’action (ou dans l’absence d’action, ces exemples ayant finalement été pris au repos !)


 

La question de l’auto-portrait

Et là, vous allez me demander comment on fait comment on fait quand on n’a pas de super copine comme moi pour vous photographier, ou comment on fait pour se photographier ensemble.

La première technique, éprouvée, consiste à tenir l’appareil à bout de bras et à faire une grimace histoire d’assumer le fait qu’on a l’air idiot en faisant ça. On risque alors de recontrer plusieurs soucis dont le cadrage et la netteté. Je vous conseillerais d’éviter les trop petites ouvertures (celles qui font que les oreilles et le bout du nez sont flous quand les yeux sont nets sont difficiles à gérer sans le viseur).


Et comme le prouve la magnifique photo ci-dessus, il faudra quelques essais pour réussir un cadrage correct ! N’hésitez pas à recommencer plusieurs fois jusqu’à obtenir un résultat satisfaisant. A titre personnel, je pense que ce genre de photos n’a pas grand intérêt mais peut être amusante si on ne le prend pas sérieusement.

Deuxième technique, faire appel à un autre voyageur. Je ne vais pas vous faire un laïus sur les risques de vol, essayez surtout de repérer quelqu’un qui aurait un appareil photo, histoire d’avoir une chance qu’elle ne soit pas trop loupée. Si vous utilisez un reflex, passez la mise au point en automatique (idem pour la sélection du collimateur) et faites les réglages avant, sous peine de vous retrouver avec un truc complément flou.
 

Et si vous êtes au milieu de nulle part, seul ?

Hé bien trois petites choses vont vous devenir familières : le trépied, la télécommande, et le retardateur.

Commençons par le retardateur. On en trouve sur presque tous les appareils, et ce qui est bien, c’est que ça ne suppose donc aucun investissement ni matériel à transporter !

Les photos ci-dessus ont été respectivement prises en Roumanie et en Serbie. Au milieu d’un champ, je voulais m’amuser à poser à côté de mon vélo, fière de mon petit défi personnel (on revient au fait que, même si ce ne sont pas de « grandes » photos, on a quand même envie de les prendre, d’abord pour soi). J’ai donc calé l’appareil tant bien que mal sur mon casque, essayant de tirer parti du côté « dans l’herbe ». Ici, le vélo me servait de point de repère pour le cadrage et la netteté, même si ce n’est pas une franche réussite !
Sur l’autre image, je suis dans le train et j’ai simplement posé l’appareil sur le siège d’en face. Dans les deux cas, il s’agit d’utiliser notre environnement pour coincer l’appareil quelque part : un mur, un sac à dos… Et à chaque fois, on enclenche la minuterie et on court se mettre en position ! (sans faire tomber l’appareil et sans se casser la figure).

Vous aurez en général une dizaine de secondes avec le retardateur. Si ça vous paraît trop juste, vous pouvez alors utiliser en plus une télécommande infrarouge (exemple chez Canon). Ces petites télécommandes permettent de déclencher l’appareil à distance lorsque vous vous trouvez en face de lui. En couplant télécommande et retardateur, on peut alors aller se mettre au bon endroit, et avoir ensuite le temps de planquer le petit bout de plastique pour prendre la pause.

Et pour finir, le trépied est un très bon accessoire, forcément. Il vous permet de réellement cadrer comme vous le souhaitez. Si vous ne souhaitez pas en prendre un grand, le Gorilla Pod peut être un bon investissement. Par exemple, sur la photo ci-dessous, je n’avais nulle part où poser l’appareil pour faire ce que je voulais. Le Gorilla Pod m’a alors permis d’accrocher le boîtier au dossier d’une chaise. Un coup de minuterie et hop !

 

  19 comments

  1. Arnaud   •  

    Bonjour,

    bien vu comme article, c’est une problématique récurrent. De notre côté, nous avons un trépied de quelques centaines de grammes peut encombrant, léger et stable. Outre les portraits, il est également utile dans certaines situations (faible luminosité notamment). Je ne connaissais pas le Gorilla Pod, ça a l’air super pratique! Quel poids fait-il?

    Arnaud

  2. Estelle   •  

    Le gorilla pod est un chouette accessoire. Il s’accroche à peu près partout : le dos d’une chaise, une barre en metal, les racines d’un arbre, au vélo… ça rend la photo plus ludique (oui oui je m’amuse comme je peux) ! :-)
    Je fais très peu de photos de nous, quelque unes, en grimaçant, histoire d’avoir un souvenir, parce qu’effectivement, je ne souhaite pas être le sujet. Et comme tu l’exposes ici, l’art de l’autoportrait n’est vraiment pas facile.
    J’aime beaucoup le Taj Mahal avec la blouse violette de M. Oreille… Presque harmonieux… Héhé

  3. Minami-o   •  

    Ah ! L’occasion parfaite pour te donner mon retour sur la rotule Ballhead X :D
    Enfin, pour commencer, voilà encore un sujet intéressant… Et tes photos de ce type sont vraiment super, elles racontent vraiment une histoire, on sent qu’il y a plus qu’une simple photo-souvenir, il y a une démarche artistique derrière… Je ne parviens pas à obtenir ce genre de résultat, pour plusieurs raisons : d’abord, je n’ai pas ton imagination, ni ton expérience :D Je pense aussi que je ne pense pas assez mes images en amont, je me dis « il y a une photo à faire », et je prends tout de suite l’appareil, alors que je me demande si, finalement, il ne vaudrait pas mieux que je m’impose – au moins au début – un « sas » de réflexion : « qu’est-ce qui m’intéresse ici ? quelle image voudrais-je en donner ? plus pratiquement, que dois-je demander à mon/mes modèle(s) pour obtenir ce résultat ? ». Ca m’amène à ma 3è raison : la patience des modèles :D Elle n’est pas bien grande chez mes modèles favorites, et je dois dire que ça me coupe un peu dans mon élan créateur :D Bon, je parle plus du mode « balade », là, car en vacances elles sont plus conciliantes, mais c’est vrai que ça reste un paramètre important et pas toujours facile à gérer, d’autant que je ne suis pas non plus un as des réglages pour le moment :/
    Pour ce qui est de la rotule ballhead X de Joby, elle est excellente ! Bon, je n’ai pas d’autre exemple de rotule, mais celle-ci me convient très bien : réglage longitudinal, rotule avec « fente » pour placer l’appareil en portrait, plateau rapide, le tout réglé avec des molettes robustes, souples mais bien fermes quand on serre la vis… Le toucher est vraiment professionnel, il inspire toute confiance. Au final, le plus gros problème que j’ai, c’est son poids, assez important je trouve, surtout que j’ai voulu faire l’économie du pod « expert », et que j’ai donc, pour aller avec, le pod « 3kgs ». Je dois donc faire attention à la répartition des masses sur les pattes de la bête, surtout avec mon 70-300 tout neuf qui pèse plus de 750gr… avec mon petit D3100, on est encore loin des 3kgs, donc le pod résiste, mais il faut tout de même réfléchir un peu avant d’obtenir la position souhaitée avec une stabilité optimale.
    Bref, la rotule est nickel, pour mettre sur un pod « slr-zoom », ça passe très bien, mais je pense que sur un « focus » (~100€ quand même :p), c’est parfait.

  4. Minami-o   •  

    Ouh là, comment j’ai pourri les commentaires, avec mon gros post, là :-p
    Sinon effectivement, j’adore le pola du Taj Mahal, qui a un charme incroyable : ultra-kitsch, cadrage approximatif, pose improbable, air coincé, tout pour passer à la poubelle ! Mais pourtant, elle attire l’oeil, elle permet au cerveau et à l’oeil de se rafraichir, de se détendre un peu au milieu de photos plus « exigeantes »… ;)

  5. Adil   •  

    « Je vous conseillerais d’éviter les trop petites ouvertures (celles qui font que les oreilles et le bout du nez sont flous quand les yeux sont nets sont difficiles à gérer sans le viseur). »

    Tu ne voulais pas une grande ouverture? :P

    Autrement, j’aime beaucoup ta photo dans le train mais aussi celle de vous deux devant le TajMahal. Meme si elle est loupée techniquement, je trouve que justement ca lui donne un charme.

  6. Oreille   •     La blogueuse

    Arnaud : je te donnerai un poids précis ce soir, si tu veux, mais c’est vraiment léger et petit. Sur des séjours longs, quand embarquer un trépied est contraignant, c’est vraiment pratique. Il faut juste se dire que ça ne remplace pas non plus totalement le trépied, puisque dans certaines situations il ne sera pas facile à accrocher où que ce soit…

    Estelle : j’avais essayé de filmer en accrochant le gorilla pod au vélo. Résultat assez médiocre :D Mais quand ça bouge pas, ça marche très bien, et ça peut suggérer des angles qu’on n’aurait pas osé tenter, c’est vrai !
    On doit avoir un peu les mêmes manies, parce que je n’ai pratiquement pas de photos de moi où je ne fais pas l’idiote… Ces touristes qui se prennent en photos entre eux devant tout et n’importe quoi, très sérieusement, m’intriguent toujours !

    Minami-o : c’est top d’avoir des retours :D Faudra que je teste ça, alors !
    Concernant tes modèles, j’en palais ici il y a quelque semaines. C’était sous l’angle couple, mais il doit y avoir moyen d’élargir ! Donc si tu veux y apporter un autre (gros) commentaire, c’est avec plaisir ! ^^

    Adil : (effectivement, petite coquille, je corrige, merci !)
    Bon, honnêtement, je ne déteste pas totalement cette photo, elle me rappelle de bons souvenirs, mais bon… et j’ai quand même choisi un exemple qui ne me mochise pas trop non plus, j’avais bien pire ! :D (j’ai ma dignité !)

  7. Rgs_   •  

    Tu sais pourquoi le retardateur de 10s sur les reflex canon fait une rafale entre 2 et 10 images ? Moi j’en veux faire qu’une ! Et j’aimerais plutôt paramétrer le nombre de secondes !
    Sinon j’utilise le cactus V5 comme déclencheur radio, d’ailleurs la majorité de ma série d’auto-portrait en Australie/Indonésie ont été fait de la sorte :
    http://regismatthey.wordpress.com/category/auto-portrait-2/

  8. Minami-o   •  

    @Oreille
    Allez, j’ai aussi mis un pavé dans cet article, puisque tu es demandeuse :p

    @Arnaud
    Je t’avouerais que je ne l’ai pas pesé non plus, mais j’ai vu sur le net qu’il (le modèle SLR-zoom, qui tient jusqu’à 3kgs) pesait un peu moins de 250gr. Ca me semble beaucoup, mais comme j’ai la rotule fixée en permanence, ça fausse un peu mon ressenti… En tous cas, dans un sac ou même à la main, c’est négligeable, et le transport n’est pas non plus un problème, puisque tu peux le tordre à loisir : je l’ai déjà fixé sur mon avant-bras, sur la bandoulière de mon sac, etc. A 30€ environ, c’est un investissement léger pour le budget et qui sait se rendre utile, sans être gênant.

  9. Lucie   •  

    J’ai laissé tomber depuis longtemps l’idée de me faire prendre en photo devant un monument, cet air crisqué ne s’en va pas! J’ai toujours trouvé les photos ‘par surprise’ meilleure. Vu que la personne ne sait pas qu’on la cible, elle est complètement naturelle. Et on évite le ‘mais tu souris ou quoi!!’

  10. gaspard   •  

    Très bon article (comme toujours, hein) !

    À toujours voyageur seul je n’ai aucune photo de moi et je n’arrive pas encore a me faire a l’idée de « l’autophotographie »

    Par contre, si je peux rajouter quelque chose : si les gens pouvaient éviter les photos d’eux tenant les pyramides, mettant les doigts dans les yeux du sphinx ou tenant la tour de Pise… c’est nul :)

  11. Oreille   •     La blogueuse

    Rgs_ : rah, j’ai toujours les V4, moi ! Sinon, le retardateur de chez canon est effectivement super mal pensé… Et ça leur coûterait si cher que ça d’intégrer un intervallomètre, franchement ?!?

    Minami-O : j’ai l’impression qu’il fait le même poids que mon téléphone portable, et à choisir entre les deux.. ^^ C’est quand même un bon rapport qualité/prix/encombrement !

    Lucie : tu ne prends jamais de photos de toi ? ou tu récupères celles que les autres ont prises ?

    Gaspard : ah, les grands classiques… et les pseudos effets de perspectives au salar de Uyuni aussi ! Au Taj Mahal, c’était dingue : il y avait des gens qui payaient les photographes locaux pour être pris tous dans la même position : attrapant la pointe du bâtiment… Enfin, comme s’il n’y avait rien d’autres à faire là-bas !

  12. Lucie   •  

    J’en prends jamais, j’ai essayé mais j’aime pas du tout le résultat du coup j’ai laissé tombé. Mon copain en prend de moi et je les récupère. Il se débrouille pas mal d’ailleurs pour les photos. Ca me met très mal à l’aise d’être devant un objectif en général.

  13. Un article sympathique et originale, qui ne s’est jamais retrouvé à demander de prendre une photo! La plupart du temps, les photos sont mal prises! La meilleur solution est le trépied, reste à savoir comment le régler rapidement!

  14. Oreille   •     La blogueuse

    Lucie : je comprends :)

    Crabetan : le problème du trépied, c’est qu’il faut le trimballer, et que tout le monde n’en a pas envie…

    Livre-photo : merci !

  15. Kalagan   •  

    Je déteste aussi les photos très touristiques devant les monuments. Mes préférées sont souvent les auto-portraits avec un paysage magnifique en arrière plan.

  16. Le routard   •  

    Il y a aussi la possibilité de demander à être pris en photo ;).
    @Kalagan entièrement d’accord avec toi

  17. Sara   •  

    Les photos de voyages sont toujours les plus belles, et les plus « vraies » je trouve…

    Sarag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>